Blockchain – NFT : l’avenir de la billetterie sportive?

par | 20, Juin, 2022

La blockchain est souvent présentée comme la solution à de nombreuses difficultés dans la sphère économique (1). Dans le domaine de la billetterie sportive, elle présente des avantages qui permettent d’apporter des solutions en particulier aux problèmes de fausse billetterie et de revente illicite de billets.

Nous avons, dans notre précédent article, analysé la différence entre « faux billets » et « revente illicite de billets ». Dans le premier cas, il s’agit de billets qui ne sont pas émis par l’organisateur de la manifestation sportive ; dans le second cas, il s’agit de billets officiels qui sont revendus sans l’autorisation de ce dernier. 

Le « faux billet » est en principe détecté à l’entrée des stades, son détenteur ne pouvant le faire valider informatiquement au niveau du contrôle. En conséquence, cela ne génère pas de problème de sécurité à l’intérieur même du stade, mais cela pourrait néanmoins créer des troubles à l’ordre public aux abords du stade dans le cas où un nombre important de détenteurs de faux billets resterait à l’extérieur de l’enceinte du stade. C’est l’argument qui avait récemment été mis en avant par le gouvernement pour expliquer le chaos organisationnel de la finale de la Champions League au Stade de France en mai dernier.

En ce qui concerne la revente sans autorisation d’un billet émis par l’organisateur, il s’agit donc bien d’un billet officiel (e-billet dans la plupart des cas) permettant d’accéder à la manifestation sportive, de franchir les portillons d’entrée, et par conséquent, les dispositifs de sécurité et de contrôle, et in fine de trouver sa place.

En principe, le nom du détenteur du billet, la personne qui a acheté le billet, devrait figurer sur le billet. Outre que c’est loin d’être toujours le cas, le contrôle d’identité ne peut souvent matériellement pas s’effectuer à l’entrée des grandes enceintes. Partant, il y a une perte de traçabilité qui peut créer, lorsque le billet est émis plusieurs fois ou qu’il circule de mains en mains, des situations à risque à l’intérieur du stade lorsque des supporters d’une équipe de football se retrouve dans les tribunes réservées à l’autre équipe. 

Il existe à la fois une problématique « sécuritaire » (ordre public, désordre entre supporters) et une problématique de « protection du consommateur » (qui peut être lésé par l’achat d’un faux billet ou d’un billet officiel revendu à plusieurs reprises). La technologie de la blockchain et du smart contract peuvent apporter une réponse à ces enjeux. 

La blockchain est un registre décentralisé, distribué à l’identique sur une multitude d’ordinateurs, sans hiérarchie entre eux, de manière en principe immuable. Elle comporte plusieurs couches informatiques, l’une d’entre elles permettant « la programmation d’instructions sécurisées capables de s’exécuter de façon autonome et transparente »(2). Ces instructions sont dénommées « smart contract ».  Aussi, un smart contract n’est pas un contrat au sens juridique, mais un ensemble de règles contenues dans un programme informatique qui s’exécute automatiquement (Si…, Alors…).

A l’aide de cette programmation, l’organisateur de la manifestation sportive a la maitrise totale de la commercialisation de sa billetterie lui permettant ainsi de fixer les modalités et prix de vente (voir de revente ou d’échanges) des billets en sécurisant la validité des transactions et garantissant les identités des vendeurs (par exemple : vendeurs ou revendeurs agréés) et des acheteurs dans un environnement inaltérable et inviolable. 

De fait, dans ce contexte, l’organisateur pourra prévoir, au choix, au sein du smart contract que la revente sera autorisée ou interdite, voire empêchée pendant une certaine période. Il pourra fixer les conditions tarifaires : en cas d’imprévu, l’acheteur pourra le cas échéant revendre son billet, mais seulement si le prix de revente respecte la limite autorisée par les Conditions Générales de Vente. Il pourrait même être prévu dans le cadre de la revente d’un billet par un acheteur qu’une quote-part du prix soit reversé à l’organisateur en cas de plus-value.  

En matière de sécurité, au-delà de la présentation d’un QR code ou NFT (voir infra), des briques pourraient être ajoutées au sein du smart contract intégrant notamment des technologies de reconnaissance faciale et permettant de vérifier l’identité des spectateurs sans présentation d’une pièce d’identité. L’impératif de sécurité devra alors en ce cas être concilié avec celui, tout aussi important, de protection des données personnelles.

Pour sa part, l’acheteur, recevra un certificat numérique unique (sous formes multiples : QR code, NFT, …) confirmant son achat et les informations et règles essentielles concernant l’utilisation de son billet.  Le NFT ou « Non Fongible Token » répond à une finalité bien précise que la technique rend désormais possible : rendre unique et donc non fongible un fichier numérique (texte, son, image, vidéo) et ainsi identifier l’original du support auquel le NFT est associé, notamment l’accès à une manifestation sportive. 

Au-delà de la finalité précitée, le consommateur pourra bénéficier d’expériences clients inédites au moyen des NFT : « Les NFT comblent le fossé entre les marchés d’expérience distincts. Le même NFT peut être utilisé pour détenir l’accès à un concert mais aussi être la clé de votre séjour à l’hôtel, visiter un parc à thème à proximité, et même la clé de votre voiture de location lors de votre prochain voyage » (3). 

En outre, le billet peut devenir un objet de collection (et être revendu comme tel). Il peut également être prolongé au-delà de la date de l’événement et inclure un droit d’accès à une captation vidéo de l’événement ou un autre contenu exclusif (4).

Aux problèmes posés la billetterie classique, la blockchain est donc susceptible d’apporter des solutions, dont il conviendra toutefois de bien mesurer l’efficacité, notamment s’agissant de la protection des données. Elle ouvre surtout de nouveaux horizons en matière de marketing et de développement de nouvelles offres commerciales. Et ce qui est vrai dans le monde physique devrait l’être plus encore lorsque les compétitions sportives se dérouleront aussi dans les métavers. 

Maître Rhadamès KILLY, Maître Xavier Près – VARET PRÈS KILLY AVOCATS

Crédit photo : Numerama

  1. Blockchain et actifs numériques, Dominique Legeais, LexisNexis 2021, p.1.
  2. Blockchain et actifs numériques, Dominique Legeais, LexisNexis 2021, p. 99.
  3. https://thepressfree.com/au-dela-des-objets-de-collection-comment-les-nft-remodelent-lindustrie-de-la-billetterie/
  4. https://musiczone.substack.com/p/nft-lexemple-du-billet-de-concert?s=r

Nos dernières publications

Le contrat de travail e-sportif

Le contrat de travail e-sportif

Comme tout secteur d’activité, l’esport est réglementé par le droit, et les relations contractuelles entre joueurs et clubs esportifs n’y échappent pas. L’actualité laisse paraître une certaine inadéquation du contrat de travail spécifique à l’esport. Son régime légal...

Interview de Nasser Larguet (formateur et entraîneur)

Interview de Nasser Larguet (formateur et entraîneur)

Son visage vous dit probablement quelque chose. Il a été l'entraîneur par intérim de l'OM la saison dernière, remplaçant André Villas-Boas. Il s’agit du technicien marocain Nasser Larguet, ancien Directeur du Centre de Formation de l’Olympique de Marseille,...

Arrêt Deliège – CJCE, 11 avril 2000

Arrêt Deliège – CJCE, 11 avril 2000

CJCE, 11 avril 2000, Christelle Deliège c/ Ligue francophone de judo et disciplines associées ASBL, Ligue belge de judo ASBL, Union européenne de judo et François Pacquée. Pour quelle raison faut-il réguler les activités sportives compétitives ? Quels sont les...