Le soutien financier des collectivités territoriales aux clubs sportifs professionnels 

par | 9, Mai, 2023

Le soutien des Collectivités Territoriales (CT) aux clubs sportifs professionnels tient généralement, et de plus en plus fréquemment, une place essentielle dans les budgets des clubs.

À ce jour, les Collectivités Territoriales disposent de deux moyens pour soutenir financièrement les clubs sportifs professionnels :

  • Les subventions pour les missions d’intérêt général
  • Les contrats de prestations de services

Par ailleurs, les différentes aides financières que peuvent percevoir les différentes catégories de sociétés sportives sont soumises à un régime juridique spécifique.

I – les subventions 

Il faut distinguer deux types de subventions :

  • Les subventions de droit commun à l’association support (l’association support est une association éligible comme toutes les autres associations aux subventions) ;
  • Les subventions au groupement constitué par l’association support et la société commerciale.

Pour les subventions au groupement l’article L113-2 du Code du sport dispose que pour des missions d’intérêt général, les associations sportives ou les sociétés qu’elles constituent peuvent recevoir des subventions publiques dont celles-ci font « l’objet de conventions passées, d’une part, entre les collectivités territoriales, leurs groupements ainsi que les établissements publics de coopération intercommunale et, d’autre part, les associations sportives ou les sociétés qu’elles constituent ».

L’article R 113-1 du Code du sport prévoit que le montant maximum des subventions versées par l’ensemble des collectivités territoriales et leurs groupements ne peut excéder 2,3 M€ par saison sportive. 

L’article R 113-2 du même code dispose que les missions d’intérêt général précisent trois types d’actions :

  • La formation, le perfectionnement et l’insertion scolaire ou professionnelle des jeunes sportifs accueillis dans les centres de formation agréés dans les conditions prévues à l’article L 211-4 du code du sport ;
  • La participation de l’association ou de la société à des actions d’éducation, d’intégration ou de cohésion sociale ;
  • La mise en œuvre d’actions visant l’amélioration de la sécurité du public et la prévention de la violence dans les enceintes sportives.

L’article R113-3 du Code du sport prévoit qu’à l’appui de leurs demandes de subventions, les associations sportives ou les sociétés qu’elles constituent doivent fournir les documents suivants :

– Les bilans et comptes de résultat des deux derniers exercices clos ainsi que le budget prévisionnel de l’année sportive pour laquelle la subvention est sollicitée ;

– Un rapport retraçant l’utilisation des subventions versées par les collectivités territoriales et leurs groupements au titre de la saison sportive précédente ;

– Un document prévisionnel qui indique l’utilisation prévue des subventions demandées.

Ces documents doivent être annexés à la délibération qui décide l’octroi de la subvention. 

Enfin, l’article R 113-2 du code du sport précise que la convention prévue à l’article L. 113-2 fixe les obligations de chacune des parties et mentionne l’ensemble des sommes reçues des collectivités territoriales et de leurs groupements, y compris celles qui sont versées en application de l’article L. 113-3 du Code du Sport.

II – les contrats de prestation de services

Selon l’article L113-3 du Code du sport : « les sommes versées par les collectivités territoriales ou leurs groupements aux sociétés sportives en exécution de contrats de prestations de services, ou de toute convention dont l’objet n’entre pas dans le cadre de missions d’intérêt général visées à l’article L. 113-2 du code du sport, ne peut excéder un montant fixé par décret ».

L’ article D113-6 du même code prévoit que « Le montant maximum des sommes versées par les collectivités territoriales ou leurs groupements à une société mentionnée à l’article L. 122-1 en exécution de contrats de prestation de services, ou de toute convention dont l’objet n’entre pas dans le cadre des missions d’intérêt général mentionnées à l’article L. 113-2, est fixé à 30 % du total des produits du compte de résultat de l’année précédente de la société dans la limite de 1, 6 million d’euros par saison sportive ». 

Ces contrats peuvent prévoir plusieurs prestations :

  • Achat de places dans les enceintes sportives ;
  • Achats d’espaces publicitaires lors de manifestations sportives,
  • Apposition du nom ou du logo de la collectivité territoriale sur divers supports de communication (maillots de joueurs, bulletin d’information du club, billetterie, affichage des rencontres).

À titre informatif, il est important de mentionner que l’achat de prestations doit être justifié au regard des besoins de la collectivité qui achète ces prestations. 

Crédit photo : Le Parisien

Nos dernières publications

La prohibition des multi-influences dans le sport

La prohibition des multi-influences dans le sport

Le sport occupe une place centrale dans nos sociétés, incarnant non seulement un moyen de divertissement, mais aussi un vecteur de valeurs telles que l'équité, l'effort et la compétition loyale. Cependant, l'intégrité des compétitions sportives peut être menacée par...