Fusion entre le PGA Tour et le LIV Golf : une victoire de plus du sport-washing ?

par | 20, Juin, 2023

La fusion entre le PGA Tour et le LIV Golf

L’annonce par communiqué de la fusion entre les ligues de golf LIV Golf et PGA Tour a fait l’effet d’une bombe dans l’écosystème du sport. 

En effet, la ligue de golf LIV, financée par le Fonds d’investissement public (PIF) qui est contrôlé par l’État saoudien, menait une bataille judiciaire depuis près de deux ans avec le circuit professionnel américain PGA Tour, dont le procès était prévu pour 2024. Outre le plan juridique, les ligues opéraient aussi entre elles un bras de fer afin de s’offrir les plus grandes stars du sport.

Cette fusion vise alors à créer une nouvelle entité juridique unique qui sera détenue collectivement.

Au-delà de la surprise engendrée par l’opération, celle-ci est probablement à ce jour l’immixtion la plus importante de l’Arabie Saoudite dans sa quête d’implantation au sein du milieu sportif international. Elle survient dans un contexte où l’Arabie Saoudite tente d’être de plus en présente au sein du paysage sportif, avec entre autres : 200 millions d’euros investis par an pour Karim Benzema (Al-Ittihad) tout comme son ancien coéquipier au Réal Madrid, Cristiano Ronaldo (Al-Nassr), 350 millions d’euros pour le rachat du club de Newcastle en 2021, et déjà plus de 300 millions d’euros de transferts budgétisé en un an pour les Magpies. Et tout cela n’est qu’un début : les investissements de l’Arabie saoudite dans le football par l’intermédiaire du PIF (575 milliards d’euros d’actifs) affichent l’ambition de l’Arabie Saoudite, qui selon Mediapart, “joue du sport pour redorer son image et diversifier son économie”.

La fusion a, de ce fait, été vivement critiquée par les ONG de défense des droits humains, dénonçant une participation au sport-washing opérée par Riyad, capitale et centre financier saoudien.

En outre, cette transaction rappelle entre autres les campagnes similaires de sport-washing opérées notamment par la Russie, comme le parrainage de l’équipe de Bundesliga Schalke 04 par le géant de l’énergie Gazprom.

Le sport, de manière générale, est alors un vecteur important d’influence étrangère, et le golf fait figure de porte d’entrée de choix pour l’Arabie Saoudite, soucieuse d’améliorer sa réputation auprès des démocraties occidentales.

Il réside néanmoins que des questions subsistent, et notamment celle des potentielles contestations de la fusion par le ministère de la justice américain (U.S. Department of Justice) sur des motifs antitrust. Affaire à suivre…

Les dessous d’une stratégie de soft-power menée par l’Arabie Saoudite ?

Ainsi, l’Arabie Saoudite est soucieuse d’améliorer sa réputation par le biais du sport.

Pour commencer, la poussée de l’Arabie saoudite dans le monde du golf a été menée par Yasir Al-Rumayyan, l’un des principaux lieutenants du prince héritier saoudien Mohammed bin Salman et gouverneur du PIF, qui, d’après tous les comptes publics, est absolument passionné par le sport ainsi que le golf en lui-même. 

Au-delà de ce fait, la structure mondiale du golf ainsi que le coût d’entrée relativement plus faible par rapport à d’autres ligues sportives, signifie que le golf se prête à être un véhicule à grande échelle pour le blanchiment d’image.

Plus important encore, la manière dont les Saoudiens ont mené leur campagne pour construire le LIV Golf est étrangement similaire aux tendances observées dans d’autres États autocratiques comme la Russie et la Chine.

Par exemple, la Russie a été impliquée dans des affaires de sport-washing au fil des années, de la manière la plus évidente dans le parrainage par le géant de l’énergie Gazprom de l’équipe allemande de Bundesliga Schalke 04, qui, jusqu’à l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par Poutine en février dernier, arborait le logo de Gazprom sur ses maillots. Pendant des années, des publicités pour le gazoduc controversé entre la Russie et l’Allemagne, Nord Stream 2, ont également été placardées autour du stade. La Russie a également mis en place depuis des années une stratégie d’État connue sous le nom de « capture des élites », processus par lequel le Kremlin de Poutine a réussi à coopter d’anciens hauts fonctionnaires occidentaux pour les faire travailler dans des entreprises publiques russes, afin de donner un visage pseudo-démocratique à ce qui est par ailleurs une entité contrôlée par des autocrates.

Cette démarche est très similaire à celle des Saoudiens à l’égard du LIV Golf. Le fait est qu’ils ont également mis en œuvre ce que l’on pourrait considérer comme une capture de facto de l’élite du golf en offrant des sommes exorbitantes à certaines des plus grandes figures du golf, dont notamment un contrat s’élevant à 200 millions de dollars pour Phil Mickelson et de plus de 100 millions de dollars pour Dustin Johnson. Ces athlètes n’auraient jamais connu un tel niveau de rémunération au cours de leur carrière sur le circuit traditionnel de la PGA, tout comme d’anciens fonctionnaires n’auraient normalement pas obtenu autant de services que ceux qui leur ont été proposés pour travailler dans des entreprises publiques contrôlées par un régime autoritaire.

Ces joueurs de renommée mondiale – des gens comme Mickelson, Johnson, ainsi que Brooks Koepka et Bryson DeChambeau, qui auraient autrement fait partie du PGA Tour – ont plutôt décidé d’aller jouer moins de fois par an pour une ligue qui n’avait pas de crédibilité immédiate, pas d’accord de parrainage télévisuel, peu ou pas de parrainage d’entreprise, et aucun niveau d’histoire ou de prestige (des caractéristiques importantes dans le monde du golf), sautant le navire vers le LIV simplement à cause de l’argent injecté. Aujourd’hui, ces joueurs défendent effectivement le régime dans leurs commentaires publics ; il serait difficile d’entendre une véritable critique du régime saoudien de la part de ces joueurs parce qu’ils sont payés par les fonds du PIF contrôlés par l’État.

Pour aller plus loin…

Mais pour des questions telles que le LIV Golf, il s’agit effectivement de nouveaux vecteurs d’influence étrangère, et l’accord entre le PGA Tour et le PIF saoudien doit faire l’objet d’une surveillance et d’une réglementation accrue. De grandes questions subsistent quant à d’éventuelles contestations par le ministère américain de la justice pour des motifs anti monopoles. La question se pose également de savoir quel type de contrôle serait nécessaire pour la nouvelle entité créée par cette fusion, si elle parvenait à franchir l’obstacle des autorités de réglementation antitrust. Les employés de la nouvelle entreprise devront-ils s’enregistrer en vertu de la loi sur l’enregistrement des agents étrangers (FARA) ? Les golfeurs eux-mêmes devront-ils s’enregistrer en vertu de la FARA ? L’ensemble de l’organisation ? Il s’agit là de questions ouvertes qui peuvent constituer un obstacle majeur à la fusion, ce qui signifie que non seulement l’entreprise n’est pas une simple affaire commerciale, mais qu’elle pourrait également ne pas être une affaire conclue après tout.

Le fait que le PGA Tour ait changé d’avis après avoir reçu suffisamment d’argent du PIF saoudien et qu’il ait apparemment été soudainement d’accord avec les aspects moraux de l’accord, envoie un message contestable : les campagnes d’influence malveillantes peuvent-elles encore fonctionner dans les démocraties occidentales ? En fin de compte, ce que les autocrates retiennent de cette affaire, c’est qu’au prix fort, la cupidité l’emporte, et c’est une pensée terrifiante qui se propage de plus en plus dans le monde du sport.

La principale préoccupation soulevée par la ligue de golf LIV – une entité financée par le Fonds d’investissement public (PIF), lui même contrôlé par l’État saoudien – concerne en fait une tendance émergente connue sous le nom de « sport-washing », c’est-à-dire le concept selon lequel les régimes autoritaires du monde entier peuvent utiliser leur richesse – quelle qu’en soit la source – pour acheter ou parrainer des événements sportifs, des ligues ou des athlètes individuels. De manière générale, pour s’insérer dans l’industrie du sport.

L’intention derrière ces actions n’est pas seulement de nature commerciale, mais plutôt d’utiliser un véhicule tel que le sport pour rendre le régime plus acceptable aux yeux du public dans les démocraties occidentales. Les autocrates ont réussi à « redorer leur blason » grâce à l’influence du sport, même s’ils n’ont rien changé de fondamental à leur approche des droits de l’homme, de la corruption ou de toute autre activité malveillante qui s’oppose radicalement aux normes démocratiques libérales occidentales que les États-Unis et leurs partenaires et alliés de même sensibilité s’efforcent d’atteindre.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Disclaimer : les opinions formulées au sein de l’article ne concernent que son auteur, et lui seulement.

Nos dernières publications