Sport & Présidentielle : le programme d’Anne Hidalgo

par | 29, Mar, 2022

A l’approche des élections à la Présidence de la République du 10 et 24 avril 2022, Jurisportiva dresse un panorama des mesures avancées par chacun des candidats dans le domaine du sport. Si il n’est (toujours) pas un axe majeur de la présidentielle, cet article à vocation descriptive nous apparaît essentiel. 

Certains programmes s’avèrent être denses, d’autres particulièrement légers voire inexistants. Voici donc, un à un et par ordre alphabétique, les propositions « sport » des douze candidats. 

Précisons d’emblée que Nathalie ARTHAUD, Marine LE PEN, ou encore Philippe POUTOU ne proposent aucune mesure liée au sport.

Notre second épisode est consacré au programme d’Anne HIDALGO. Le sport apparaît dans 3 points du programme de la candidate, auxquels s’ajoute la création du « Parcours d’Éducation Physique et Sportive (PEPS) ». En outre, la candidate a mentionné une mesure supplémentaire le 17 mars dernier lors de sa prise de parole au Comité National Olympique et Sportif Français. 

Le sport comme moyen oeuvrant pour la santé publique 

Mise en œuvre d’un grand plan de prévention et de prise en charge des maladies chroniques grâce à la santé environnementale, la qualité de l’air et de l’alimentation, la santé scolaire, la pratique du sport et la prévention des addictions. 

Faire du sport un moyen de prévention contre la perte d’autonomie 

Repenser les activités sportives et culturelles pour faire toute leur place aux seniors. 

Intégrer une dimension « bien vieillir » à toutes les politiques publiques, y compris celles concernant les activités sportives et culturelles. Cette politique sera contractualisée avec les collectivités locales, les associations et les personnes âgées. 

Garantir la pleine citoyenneté des personnes en situation de handicap en assurant notamment l’accessibilité du sport à tous, grâce à un travail en lien avec les maires et les acteurs du handicap. 

Création du Parcours d’Éducation Physique et Sportive (PEPS)
  • La mise en place d’un bilan de santé et d’activité annuel pour encadrer l’évolution de la sédentarité chez tous les élèves.
  • Le renforcement du nombre d’heures d’EPS hebdomadaires : deux matinées par semaine seront dédiées aux Activités Physiques et Sportives avec des activités nouvelles.
  • L’augmentation significative des moyens dédiés à la formation des professeurs (STAPS) et éducateurs sportifs.
  • Le développement des Classes à Horaires Aménagées Sport d’Excellence (CHASE) en 2ème cycle puis de doubles parcours valorisants en 3ème cycle, et cela dans tous les domaines de l’enseignement supérieur.
  • Favoriser la mise en place a minima d’une association sportive par établissement. L’USEP, l’UNSS, et le CNOSF permettront de garder un lien conventionné avec les clubs locaux, pour assurer la continuité et le suivi de la pratique.
  • La rénovation et création d’équipements sportifs structurants. 

Lors de son allocution en mars dernier au CNOSF, la candidate a également promis la création d’un revenu minimum pour les athlètes de haut niveau. 

Crédit photo : CNOSF/KMSP

Disclaimer : Jurisportiva est un média indépendant qui n’a aucune vocation à émettre d’opinion politique. L’intérêt de ces articles est simplement de relayer, au sein d’une saga d’articles, les différentes informations présentes dans les programmes « sport » des candidats à la présidentielle 2022.

Nos dernières publications

Paris Arbitration Week 2024 – Discussion organisée par K&L Gates avec le Centre de Règlement des Différends Sportifs du Canada et la Chaire de recherche sur la sécurité et l’intégrité dans le sport de l’Université Laval (Québec)

Paris Arbitration Week 2024 – Discussion organisée par K&L Gates avec le Centre de Règlement des Différends Sportifs du Canada et la Chaire de recherche sur la sécurité et l’intégrité dans le sport de l’Université Laval (Québec)

Il y a déjà deux ans, Jurisportiva vous présentait le Centre de Règlement des Différends Sportifs du Canada (CRDSC)[1], institution unique offrant au contentieux sportif amateur des solutions amiables et adaptées. À l’occasion de la Paris Arbitration Week 2024, le...

La lutte antidopage en France

La lutte antidopage en France

Le sport en France, au-delà de sa dimension ludique et compétitive, reflète des valeurs de dépassement de soi, de fair-play et d'intégrité. Toutefois, l'ombre du dopage plane sur ces principes fondamentaux, menaçant l'éthique sportive et la santé des athlètes. Face à...