Blog,  Interviews

Interview de Antony Zouzout

J’ai décidé d’en savoir plus sur le métier d’Agent de Joueurs de Football. Pour ce faire, qui de mieux que le Directeur de l’EAJF : Antony Zouzout, pour me renseigner sur la question ? A travers cet entretien, celui-ci est revenu sur les dessous de cette profession encore trop peu médiatisée. Merci à lui !

Antony Zouzout est depuis 7 ans, le Directeur de l’Ecole des Agents de Joueurs de Football. Ce projet qu’il qualifiait d’audacieux à l’époque, a répondu au besoin de professionnalisation du métier d’agent. L’EAJF, créée avec son associé Sidney Broutinovski, est l’actuel leader sur le marché. Dans cet entretien, l’ancien étudiant de Harvard est notamment revenu sur son expérience, et sur les dessous de cette profession de l’ombre. J’ai souhaité mettre la lumière dessus.

 

On parle trop peu à mon goût des autres agents, ceux qui font extrêmement bien leur travail, ceux qui respectent les règles et qui ont beaucoup de considération pour ceux avec lesquels ils travaillent au quotidien.

 

Bonjour Monsieur Zouzout, pouvez-vous vous présenter brièvement ?  

Bonjour. Je m’appelle Antony Zouzout, je suis titulaire d’un MBA, diplômé de l’ESSEC et plus récemment d’Harvard Business School. Je dirige depuis un peu plus de 7 ans l’E.A.J.F, l’École des Agents de Joueurs de Football. Avant cela, j’ai eu une première expérience entrepreneuriale dans la communication (hors média), puis une seconde en finance d’entreprise. En 2013, j’ai pris la décision de rejoindre Sidney Broutinovski, avec qui je suis toujours associé, pour développer ce projet.

Directeur de l’Ecole des Agents de Joueurs de Football, j’imagine que vous êtes un passionné du ballon rond ?  

Oui j’ai toujours été passionné de football. J’aime autant le jeu que le business autour du football, c’est d’ailleurs ce qui m’a poussé à intégrer ce projet.

Le métier d’agent, c’est quoi concrètement ? 

L’agent de joueurs ou agent sportif est une personne qui, à titre occasionnel ou habituel, et contre rémunération, met en rapport les parties (joueurs et clubs) intéressées à la conclusion d’un contrat de travail rémunéré. Le métier implique d’avoir des connaissances juridiques importantes, mais aussi en marketing ou en management. Même s’il ne faut pas nécessairement être juriste pour exercer ce métier, on doit tout de même se tenir informé des diverses réglementations qui régissent le football tant national qu’international.

Comment se déroule la formation pour exercer le métier d’agent de joueur ?  

En France, la profession d’agent est réglementée. Une loi est aujourd’hui inscrite dans le Code du sport et impose à toute personne désireuse d’exercer cette profession de valider un examen. Cet examen est divisé en deux parties : une partie qui porte sur le droit général, et l’autre qui porte sur les réglementations spécifiques du football (nationales et internationales). Pour exercer légalement, il faut donc obtenir cette licence. A l’E.A.J.F, nous préparons à l’examen et au métier durant 10 mois de formation. L’examen est très théorique, alors que le métier est tout autre; C’est la raison pour laquelle nous faisons intervenir au cours de notre formation de nombreux dirigeants de clubs français et internationaux pour un partage d’expérience avec nos étudiants.

Selon vous, quelles sont les qualités essentielles pour se démarquer, et devenir un agent de qualité ?  

Aujourd’hui, on compte un peu moins de 500 agents de joueurs licenciés en France. Sur ces chiffres-là, beaucoup, bien que titulaires de la licence, ne développent pas cette activité. Je dirais qu’il y a environ 250 agents actifs qui en vivent pleinement. Les qualités essentielles pour exercer ? Il faut tout d’abord être passionné. Je pense qu’on ne peut rien accomplir sans passion. Ensuite, il faut se constituer son réseau qui, comme dans beaucoup d’autres secteurs, est un facteur clé de réussite. Un agent doit avoir d’excellentes qualités relationnelles et commerciales. C’est un métier de contrats, mais c’est avant tout un métier « humain », on se doit de faire perdurer dans le temps, les relations qui se créent tout au long d’une carrière. Pour terminer, une bonne maîtrise de l’environnement juridique est indispensable pour réussir et faire preuve de professionnalisme au quotidien.

On remarque depuis quelques années une forte émergence du football en Asie, et les investisseurs asiatiques sont de plus en plus nombreux dans l’actionnariat des clubs européens. D’après votre expérience, cela aura-t-il un impact sur les agents?

Je ne sais pas s’il y aura un impact direct. Je pense que cela impactera les clubs dans un premier temps. On voit souvent, dans les clubs où il y a un actionnaire asiatique, de jeunes joueurs qui proviennent d’Asie et qui évoluent avec les équipes de jeunes. Pour prendre un cas français, celui de l’AJ Auxerre par exemple, on voit de plus en plus de jeunes en provenance de Chine évoluer avec les équipes de jeunes. Pour le moment, tous n’arrivent pas au niveau professionnel, mais je pense que cela arrivera très certainement dans les années à venir. Quant à l’impact sur les agents, je serais incapable de le déterminer aujourd’hui car c’est un phénomène encore trop peu répandu.

J’aimerais connaître votre position sur la fonction d’avocat mandataire sportif. Selon vous, les fonctions d’avocat et d’agent sont-elles incompatibles ?  

J’ai personnellement un avis contraire sur la question. Je pense que ces deux fonctions sont parfaitement compatibles et qu’elles sont mêmes complémentaires. L’agent a, d’après mon expérience, davantage envie d’être sur le terrain ou au cœur des négociations. L’avocat, lui, a plus vocation à s’occuper des aspects juridiques et contractuels du joueur. Ces professions ne vont pas à mon sens, à l’encontre l’une de l’autre. On voit aujourd’hui beaucoup d’avocats travailler avec des agents et inversement. La fonction d’avocat mandataire sportif est légitime, elle se doit d’exister tout comme la profession d’agent.

D’un point de vue extérieur, certains agents peuvent apparaître comme des « requins », dans le sens où c’est davantage l’appât du gain qui les motive, plus que la progression de carrière de leur joueur. Que pensez-vous de tout cela ?  

Je pense que c’est une réalité, mais que c’est propre au monde des affaires, pas uniquement au football. Un agent immobilier par exemple quand il vend un bien, ce n’est pas pour la beauté du bien, il va avant tout être motivé par les gains qu’il percevra s’il réussit la transaction. Même si le métier d’agent est un peu différent puisqu’on parle de carrière d’hommes et de femmes, on ne peut nier que les agents qui exercent le font aussi car c’est un secteur où l’on gagne correctement sa vie. Je ne pense pas que les agents soient plus des « requins » que des traders par exemple, mais il est vrai que c’est un secteur d’activité concurrentiel où il faut jouer des coudes et s’affirmer pour avoir sa place. Il y a eu des malversations dans le passé, mais depuis quelques années, on en voit beaucoup moins. Cette mauvaise réputation s’est aussi faite par le biais des médias, mais n’oublions pas que ça ne cible qu’une minorité des agents. On parle trop peu à mon goût des autres agents, ceux qui font extrêmement bien leur travail, ceux qui respectent les règles et qui ont beaucoup de considération pour ceux avec lesquels ils travaillent au quotidien.

Les rumeurs selon lesquelles certains agents collaboreraient avec des journalistes en vue de faire monter les enchères existent-elles vraiment ?  

Evidemment que ça existe, c’est une stratégie de communication qui est utilisée aussi dans d’autres industries. Cela peut faire partie des méthodes de communication pour accélérer un transfert, ou pour faire monter la valeur d’un joueur. Selon moi, ça fait partie du jeu, je n’y vois rien de déloyal.

Vous parlez d’avoir de l’audace et de savoir saisir les opportunités, les valeurs sont-elles importantes pour vous dans le milieu du sport ? 

Elles le sont énormément. Je pense que c’est avant tout ce qui doit vous motiver. Avant d’entamer un projet il faut savoir pourquoi on le fait. Les valeurs transmises dans le métier que vous souhaitez exercer doivent être en adéquation avec vos valeurs, celles qui vous animent et qui vous font vous lever chaque matin. Sans cela, on n’y arrive pas parce qu’on perd la motivation. Il faut être audacieux et avoir de l’ambition. En France, avoir de l’ambition peut être parfois vu de manière négative, mais je pense le contraire. Être ambitieux est à mon sens une très bonne chose !

Quels conseils donneriez-vous aux futurs/futures agents de joueurs de football ?  

Tout d’abord, je conseille à toute personne désireuse d’exercer ce métier de se former. Peu importe le secteur que l’on souhaite intégrer, la formation est essentielle. En plus d’une bonne formation, vous aurez besoin d’un réseau important. A l’E.A.J.F, nous l’avons compris depuis toujours. Nous permettons dès le début de la formation de rejoindre notre réseau constitué d’une multitude d’acteurs et de décideurs du  football professionnel. J’encourage donc les aspirants agents à se former, à s’assurer de leur projet avant d’entamer la moindre démarche. Une fois son projet commencé, il faut garder votre motivation comme au premier jour et ne pas se décourager. Si c’est une vocation, vous y arriverez peu importe les obstacles. On voit généralement que ceux qui réussissent dans ce milieu, sont ceux qui ont gardé le cap tout au long de leur carrière.

Merci à Antony Zouzout de m’avoir partagé son expérience.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.