Interview de Driblab (cabinet de conseil spécialisé dans l’analyse statistique de données football).

par | 14, Sep, 2021

Le XXIème siècle est marqué par une révolution digitale. L’analyse de données est devenue un élément essentiel dans la vie d’un club en matière de recrutement, mais aussi dans le suivi de l’évolution de la forme des joueurs. Jurisportiva vous propose aujourd’hui un zoom sur cette tendance avec Pablo, représentant commercial français de Driblab, cabinet de conseil et d’analyse de données/performances des clubs et joueurs de football.

« Les données peuvent vous donner un avantage considérable mais l’interaction humaine ne pourra jamais être totalement remplacée dans ce milieu »

Pablo, représentant français de Driblab

Bonjour, pouvez-vous présenter votre structure Driblab?

Bonjour. Merci pour cette interview. Nous sommes un cabinet de conseil spécialisé dans le scouting mondial et l’analyse des performances des joueurs. Nous sommes la société avec la plus grande couverture de données du marché (accès aux données de 180 000 joueurs et plus de 200 compétitions à l’échelle mondiale). Ces chiffres précités, comprennent les ligues de jeunes, nous permettant une identification rapide des talents. 

Notre travail est complémentaire avec celui des fédérations, clubs ou agences. Nous disposons d’une plateforme indépendante que nos clients peuvent utiliser de manière indépendante sans avoir à nous solliciter. Notre objectif est le gain de temps et d’argent et la réduction de l’incertitude au moment de la prise d’une décision financière importante.

A qui s’adresse votre offre et que proposez-vous comme services?

Comme dit précédemment, nous travaillons avec des fédérations, des clubs et des agences dans le monde entier. En tant que société de conseil, nous avons une structure de travail flexible qui nous permet de nous adapter aux différents besoins de nos clients.

La principale différence entre Driblab et nos concurrents (tels que Statsbomb, Wyscout) est notre capacité à nous appuyer fortement sur notre capital humain. Il est également important de noter que nous disposons d’outils personnalisables et que nous pouvons créer des métriques et des modèles pour les équipes afin de nous adapter à leurs préférences et à leurs besoins. A titre d’exemple, nous pouvons modifier les graphiques radar par poste pour montrer les métriques qui sont plus pertinentes pour l’équipe.

Lorsque les clubs souhaitent un rapport plus approfondi et spécifique sur un sujet donné (par exemple, le repérage des meilleurs talents en Amérique du Sud), nous pouvons utiliser notre modèle de conseil pour leur créer un rapport sur mesure. Mais lorsqu’ils ont des besoins plus immédiats, ils peuvent se connecter à notre plateforme (driblabPRO), où ils ont accès à tous nos outils et peuvent travailler de manière indépendante.

Quels types de statistique Driblab propose-t-il?

Les maîtres mots chez Driblab sont l’adaptabilité et la personnalisation. En effet, notre offre est entièrement personnalisable en fonction des besoins de nos clients. Une fois que nous comprenons et cernons davantage la structure, nos rapports deviennent plus efficients. A titre d’exemple, nous disposons de différentes visualisations et de différents modèles, dont les radars, les cartes de tir, l’analyse de pré et post match etc… Nous offrons également la possibilité de créer des paramètres pour les clubs.

Les clubs développent des données marketing exploitables : le challenge de Driblab est-t-il d’offrir aux fans une meilleure expérience dans les stades ou sur les réseaux sociaux ?

Notre travail consiste surtout à faciliter la vie des clubs. Quant aux fans, je dirais oui et non, car grâce à nos modèles, nous pouvons leur offrir un moyen rapide d’observer et de comprendre les performances d’un joueur. Nous travaillons également avec de nombreux médias, et nous sommes donc très présents sur les réseaux sociaux.

En termes de datas, il y a aussi la collecte et l’analyse des performances sportives des joueurs et divers athlètes. L’objectif est-il de mieux cerner et comprendre comment un sportif exploite ses capacités physiques ou mentales, afin de travailler ses points faibles et d’accentuer ses points forts ?

Nous n’avons pas accès aux données physiques, seulement aux données liées aux performances. Autrement, cela pose des problématiques de RGPD (protection de données). L’objectif est principalement d’aider le département de scouting et la direction sportive à prendre de meilleures décisions. Bien sûr, nous conseillons également des joueurs car cela peut les aider à mieux comprendre leurs performances. Nos données peuvent être très spécifiques et leur permettre de savoir avec plus de précision, ce sur quoi ils doivent travailler et ce sur quoi ils sont les meilleurs.

Quel est le véritable apport de Driblab sur le marché du sport?

Driblab opère sur un marché de niche. Les statistiques, big datas, performances sportives représentent l’avenir. Driblab, c’est la capacité de prendre des décisions plus éclairées et réfléchies est essentielle, car elle permet à nos clients d’économiser du temps et de l’argent. 

Comment les big datas peuvent-elles aider les clubs dans leur développement ? Et les sportifs ?

Une fois encore, l’idée majeure est d’aider les clubs à économiser du temps et de l’argent, en les aidant à construire une équipe qui correspond à leur philosophie de jeu.

En ce qui concerne les sportifs, cela peut les aider à analyser leurs performances d’une manière différente et à mieux se préparer aux matchs. Par exemple, un attaquant peut analyser les endroits du terrain où un défenseur a plus ou moins de difficultés.

Où êtes-vous majoritairement implanté ? Pourquoi s’implanter sur le marché français?

Nous sommes majoritairement implantés en Espagne, collaborant avec une demi-douzaine de clubs de La Liga. Parmi les transactions publiques, on trouve le Real Betis et le Celta Vigo.

Notre objectif est d’être présent dans les 5 principales ligues européennes. Nous avons déjà collaboré avec des équipes en France sur des missions spécifiques. Nous sommes également présents en Italie, en Allemagne et en Angleterre. Notre plus grande présence en dehors de l’Europe est au Mexique, où nous collaborons également avec une dizaine d’équipes professionnelles. Nous avons récemment lancé une opération de recrutement pour concrétiser un peu plus cette expansion, nous avons également traduit notre plateforme dans 5 langues supplémentaires.

Vous êtes spécialisés dans les statistiques, justement, pouvez-vous nous donner quelques chiffres en termes de transferts dans lesquels Driblab est impliqué la saison dernière?

Il y a 2 saisons, avant la pandémie mondiale, nous étions impliqués sur 68 transferts, pour près de 560 millions d’euros. À la fin de cette saison en question, la valeur des joueurs que nous avons conseillé à nos clubs clients, a augmenté de 29 % selon Transfermarkt.

Nous avons par exemple recommandé au Real Bétis Séville d’acheter Lo Celso lorsque Fabian Ruiz est parti à Naples. Nous avons vu qu’il ne jouait pas beaucoup (PSG) et nous l’avons proposé à l’équipe. Ils ont fini par l’acheter puis le revendre avec une belle plus value. C’est un exemple type de ce que nos compétences peuvent apporter à un club.

Plus généralement, selon vous, assiste-t-on à une transformation digitale du sport ? 

Je dirais que la transformation digitale a déjà commencé, surtout en Europe, où de nombreuses équipes disposent d’un système interne ou d’un fournisseur externe. Nous voyons avec Driblab, une opportunité dans les régions moins développées, où les données sont nettement moins utilisées. Je pense que le digital est un complément que chaque équipe devrait avoir dans un futur proche. C’est quelque chose qui a pris beaucoup de valeur au cours des dix dernières années. Il suffit de regarder le film Money BaIl, de 2011 pour voir que les données sont en train de révolutionner le monde.

Kevin de Bruyne a récemment négocié sa prolongation de contrat à Manchester City grâce aux datas. Est-ce l’exemple le plus marquant pour vous de la révolution des datas dans le secteur sportif ? Justement, selon Driblab, les datas risquent-elles à terme de remplacer le métier d’agent sportif?

Nous avons été heureux d’apprendre que les données ont été utilisées par un joueur de renommée mondiale tel que De Bruyne afin de négocier son contrat. Je ne pense pas que les données pourront un jour remplacer les agents sportifs. Si je pense qu’il est essentiel de disposer de données, il est encore plus important de connaître personnellement un joueur, ses tendances, son comportement, sa personnalité, etc. Les données peuvent vous donner un avantage, mais l’interaction humaine ne pourra jamais être totalement remplacée dans le monde du football à mon sens.

Exemple de données performances Driblab sur le défenseur néerlandais Van Dijk.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos dernières publications

Interview de Patrice Martin (Président de la FFSNW)

Interview de Patrice Martin (Président de la FFSNW)

12 fois champion du Monde, 34 fois champion d'Europe et 26 records du Monde, Patrice Martin est l'un des français les plus titrés de l'histoire du sport. Pour Jurisportiva, il retrace sa carrière de sportif professionnel, témoigne de ses expériences en tant que...