Canal + renonce à la Ligue 1 pour la première fois de son histoire 

par | 1, Oct, 2023

C’est un séisme qui s’est abattu sur la Ligue 1 le lundi 25 septembre 2023. Après 40 ans de diffusion continue, la chaine cryptée CANAL + a officiellement informé, via une lettre envoyée à la Ligue de Football Professionnel (LFP) et relayée par le journal L’ÉQUIPE le mardi 26 septembre, de sa non-participation à l’appel d’offre des droits TV du championnat français pour la période 2024-2029. Une première donc depuis la création de la chaîne en 1984. Décryptage. 

Un conflit ouvert avec la LFP et Vincent Labrune depuis le fiasco MEDIAPRO : 

Maxime Saada, président du directoire du groupe CANAL +, a indiqué dans cette lettre que « Les conditions ne sont pas aujourd’hui réunies pour que le groupe CANAL + dépose une offre les 16 et 17 octobre prochains ». Mais le problème n’est pourtant pas nouveau et remonte à bien plus longtemps. Lors de la faillite de MEDIAPRO en 2020 et la perte donc pour la LFP d’un contrat record (1,153 Milliards d’euros), cette dernière avait alors réattribué de manière assez hâtive les droits TV de la LIGUE 1. Or c’est depuis cette réattribution rapide des droits TV que les relations entre la LFP et CANAL +, et même plus directement entre Vincent Labrune (président de la LFP) et Maxime Saada (président de CANAL +), se sont tendues. Malgré le fait que CANAL + soit le partenaire historique de la Ligue 1, Amazon a obtenu 80% des droits TV de la Ligue 1 en 2020 correspondant aux droits TV abandonnés par Mediapro (dont les 10 meilleures affiches de Ligue 1) pour un montant de 250 millions d’euros par saison seulement. À côté, CANAL + s’est vu imposer par la justice de continuer à payer le contrat initial négocié lors de l’appel d’offre de 2018 et qui correspondait à un montant de 332 millions d’euros par saison pour deux matchs par journée uniquement. Cet accord est alors mal passé du côté de CANAL + et de son président Maxime Saada qui est même allé jusqu’à annoncer dans un communiqué officiel de 2021 la volonté du groupe de : « se retirer de la Ligue 1 ». Les paroles sont donc dorénavant passées aux actes. 

Une action de la LFP murement réfléchie selon CANAL+ : 

Lors d’un entretien accordé à La Maison de la Radio (22 septembre 2022) que nous analysions le 25 avril dernier (https://www.jurisportiva.fr/articles/les-droits-tv-du-football-francais-facteur-de-croissance-ou-boulet-au-pied/), le président de la LFP montrait clairement son ambition : « Il faut être non pas dans le Top 4, d’ici cinq ans, mais sur le podium européen, aussi bien en termes de résultats sportifs que de revenus ». Pour ce faire, il faudrait alors viser « le milliard d’euros environ » en droit TV. Mais il ne s’était pas arrêté là ! Il avançait déjà à l’époque que, selon lui, CANAL + ne participerait pas aux prochains appels d’offre (dont celui qui doit prendre fin le 16 et 17 octobre prochain). Vincent Labrune avait vu juste. Mais selon Maxime Saada, Vincent Labrune n’est pas un visionnaire. Il avait juste fait toutes les actions nécessaires pour écarter CANAL + de la diffusion de la Ligue 1 et fait de Amazon le partenaire des années à venir de celle-ci. 

En effet, selon Maxime Saada, la LFP a fixé des tarifs de réserves extrêmement élevés (530 millions d’euros pour le lot premium, 270 millions d’euros pour les autres matches selon L’Équipe) afin d’éliminer toute potentielle concurrence au géant américain. Ces conditions ont alors, selon les mots du président de CANAL + « achevé de nous convaincre que votre (celui de la LFP) seul objectif était d’en écarter Canal+ et de favoriser Amazon ». 

Mais finalement cela devrait porter préjudice à la LFP et à Vincent Labrune dans sa conquête du milliard d’euros de droits TV. Car, sans CANAL +, Amazon apparait bien comme le seul et unique candidat crédible à l’achat des droits TV de la Ligue 1. Sans véritable concurrent, le géant américain se retrouve, une fois de plus, en situation de monopole et semble donc en position favorable afin de négocier son contrat à la baisse. 

Nos dernières publications

La prohibition des multi-influences dans le sport

La prohibition des multi-influences dans le sport

Le sport occupe une place centrale dans nos sociétés, incarnant non seulement un moyen de divertissement, mais aussi un vecteur de valeurs telles que l'équité, l'effort et la compétition loyale. Cependant, l'intégrité des compétitions sportives peut être menacée par...